La Calcinée

Sommaire Time!

Un groupe d’amies célèbre la fin de ses études dans une maison de campagne mais une histoire au goût de légende les rappelle à leur devoir

La légende de La Calcinée

La jeune Mirësi et son frère Sakley s’étaient retrouvés dans leur maison d’enfance pour passer une partie de l’hiver loin du monde, ou presque. À leurs côtés se trouvaient la meilleure amie de Mirësi, Rigita, sa jumelle Breesha ainsi que l’ami d’enfance de Sakley, Zayn. Toutes les cinq venaient d’arriver dans cette maison dans laquelle les grands-parents du duo avaient eux aussi grandi et où ils avaient tous les deux passé bon nombre de vacances.

Cette maison n’inspirait confiance qu’aux personnes qui la connaissaient bien? le bois du parquet craquait aléatoirement durant la nuit, le vent s’infiltrait en sifflant depuis la cave jusqu’aux chambres, les murs aux tapisseries vieillies par le temps se couvraient de portraits de plusieurs générations sous un grain virant du gris au sépia… Histoire d’être d’autant plus angoissante, elle se trouvait au bord d’une forêt loin de toute route et seul un chemin escarpé et terreux la raccrochait à la civilisation.

Pourtant, Mirësi et Sakley étaient amoureux de ce refuge. C’était leur enfance, leurs souvenirs et le fauteuil devant la cheminée dans le salon rond avait l’odeur des histoires de leur grand-père buvant son Nacre, une boisson alcoolisée laiteuse contenue dans une bouteille en forme de nuage. Zayn connaissait lui aussi bien l’endroit et son atmosphère puisqu’il avait passé de longues vacances avec l’adelphie. Les jumelles Rigita et Breesha, quant à elles, découvraient les lieux pour la première fois…

La demeure était bien trop grande pour leur petit groupe et ne manquait donc pas de chambres pour les accueillir. Pour autant, une seule était habitable à l’étage, les autres étant soit remplies de décennies d’objets à jeter ou donner, soit en rénovation. Pour ne forcer personne à dormir y dormir, la bande avait décidé de rester ensemble dans le grand salon. En poussant la grande table contre le mur, il y avait en effet largement assez d’espace pour dormir confortablement ce qui rajouterait à l’ambiance mi-enfantine mi-angoissante dès lors que les lumières vacillantes auraient fini d’illuminer la pièce pour ne laisser qu’une lueur bleutée au travers des rideaux.

Leur première nuit se passa sans encombre, notamment du fait d’une arrivée nocturne qui les avait poussées vers leurs matelas en laissant leurs bagages éparpillés dans l’entrée. Le lendemain matin fut celui des courses pour une partie du séjour et l’après-midi mélangea balade digestive revigorante dans la forêt voisine et déballage de leurs affaires, proprement cette fois-ci. Le soir venu, la vaisselle à égoutter et les verres à remplir une fois de plus, le petit clan profita de la chaleur bienvenue de la cheminée tout en jouant aux cartes, verres de bière après verres de vin, jusqu’à ce que le feu dans l’âtre se fasse plus discret et qu’il soit trop tard pour l’attiser davantage.

Ce fut à ce moment, alors que la lueur des braises n’avait plus que la lune pour compagne, que la pluie presque gelée commençait à battre les carreaux et que les amies étaient en cercle sur leurs matelas, que Sakley commença son histoire?

  • Demain, ce sera le solstice d’hiver. Demain, la Calcinée fera entendre ses cris.

Mirësi sembla vouloir protester mais s’abstint d’un regard de son frère. Zayn avait un sourire en coin et les jumelles étaient impassibles.

  • Quelques centenaires plus tôt, alors que les démons parcouraient encore l’archipel volant, une jeune fille du nom de Skynsel perdit ses parents sous leurs griffes.

« C’était la nuit du solstice d’hiver. Elle était partie récolter des herbes médicinales et des champignons pour sa grand-mère dans la forêt non loin. C’était une journée comme une autre, s’était-elle dit, bucolique et ensoleillée malgré la fraicheur saisonnière. Pourtant, lorsqu’elle reprit le chemin vers chez elle les bras chargées de sa récolte, le malheur la frappa d’une odeur de brûler. Paniquée, elle lâcha les fruits de son expédition pour se ruer chez elle alors que des murs de bois se dégagaient une épaisse fumée.

« Il lui était impossible de pénétrer les lieux de par la chaleur suffocante mais les supplices de sa mère, sa grand-mère et de sa petite sœur eurent raison de sa raison.

Un frisson parcourut Rigita ; Breesha quant à elle ne bougeait pas.

  • Elle n’avait pas 17 ans alors, continua Sakley. Elle était loin d’être une guerrière ou une mage ce qui ne l’empêcha pas de s’enfoncer dans la demeure dans l’espoir de sauver sa famille mais celle-ci n’était déjà plus qu’un amas de chair noircie par les flammes.

« Skynsel fut retrouvée le lendemain par un chasseur ayant repéré de la fumée dans le ciel. Miraculeusement vivante mais affreusement défigurée, ce n’est pourtant pas de là qu’elle obtint son surnom de Calcinée.

« Une année passa, elle se découvrit des pouvoirs et jura grâce à eux de retrouver ce démon qui avait détruit sa vie… avant d’en devenir un elle-même.

Une bourrasque frappa la vitre ce qui fit sursauter Zayn et Rigita sans inquiéter Breesha. Mirësi se résolut à continuer?

  • Skynsel aura passé une décennie à courir après ce démon, une décennie durant laquelle elle aura réduit en cendre les pires engeances démoniaques et angéliques, accomplissant le devoir qui lui incombait? protéger les deux mondes? la Terre et Hebenelia. Cette insatiable faim de se venger, pourtant, la consuma petit à petit. Lorsqu’elle fit enfin face à celui qui avait provoqué ces cris déchirants qui accompagnaient ses nuits, dans cette même forêt que nous venons de visiter, elle n’était plus que haine brûlante.

« Le démon n’eut aucun mal à la posséder mais par sureté, il préféra la découper avant pour que de la fusion de leur corps ne reste que le sien.

Rigita, particulièremet blême, demanda?

  • Ce n’est pas commun, même pour un démon… Pourquoi la découper pour la posséder plutôt que la tuer directement?
  • Pour abattre ses résistances sans gaspiller son pouvoir, expliqua Zayn. Rappelle-toi, Ténèbres et Lumières se nourrissent de nos corps, nos émotions et nos rêves et durant cette ère où ces monstres parcouraient nos terres, leur jeu favori était de nous pourchasser pour ainsi devenir plus forts en nous absorbant. Mais bon, Skynsel n’a pas existé ou alors elle est morte dans cette maison, cramée avec les autres?

Comme pour lui faire regretter ses paroles indélicates, un loup hurla à la nuit, le faisant à nouveau sursauter avant de lui faire lâcher un « qu’est-ce que c’est cliché… ».

  • Ceci n’est pas une légende, Zayn.

La voix de Mirësi s’était faite soudain dure et froide alors qu’elle avait précédemment le timbre du mystère.

  • Skynsel sème la mort et la vie dans cette forêt depuis des décennies, confirma son frère.

Zayn allait rétorquer quelque chose de sarcastique mais le visage inexpressif de son ami le fit sincèrement douter.

  • Et si nous allions dans la forêt demain soir? lança Breesha sans l’ombre d’un sourire.
  • Hein?! sursauta sa jumelle. Mais t’es malade?! T’as pas compris que c’était un monstre le machin?
  • Et si ce monstre, comme tu dis, avait juste besoin que l’on apaise ses souffrances? rétorqua-t-elle en rentrant la commissure de ses lèvres dans sa joue pour réfléchir. Mi-femme, mi-démon, déchue et possédée… Elle doit souffrir, non? Il faut la tuer, la libérer.

Ses mots furent accueillis par un lourd silence que seul le vent vint perturber. Mirësi et Sakley partagèrent un regard songeur.

  • Ses premiers cris de fureur te feront changer d’avis, Breesha, conclut le frère. Demain soir, quand le soleil perdra sa course face à la lune, la Calcinée hurlera à la nuit et la forêt brûlera en même temps qu’elle fleurira. C’est là le pouvoir combiné de cette femme torturée.

Nous sommes des Gardiens

Le lendemain matin, Mirësi et Sakley se retrouvèrent seuls dans la cuisine pour préparer le petit déjeuner aux allures de brunch. Tout en moulant du grain pour la cafetière italienne, la jeune fille demanda à son frère?

  • Tu aurais pu me dire qu’il ne s’agissait pas que de vacances et de beuveries, Sakley. J’aurais dû m’en douter étant donnée la période? Nous pourrions les mettre en danger, tu le sais…?
  • Nous sommes des Gardiens ma chérie. Zayn, Rigita, Breesha aussi. Il y a dans cette forêt un esprit tourmenté depuis trop longtemps et tout le monde a déserté la région à cause de ses souffrances… Il est temps que cela ne cesse, tu ne crois pas?
  • Je sais bien mais… Skynsel n’a rien d’un esprit comme les autres? Même papy n’a rien pu faire et c’était le plus balèse du coin? Ça lui a même coûté une main?
  • Pas si fort Mimi, tu vas les réveiller. Donne-moi donc ta mouture, tu tournes dans le vide là.
  • Pardon…

En dépit de son assurance, Mirësi voyait bien que son frère était soucieux pendant qu’il plaçait la cafetière sur le feu et qu’elle préparait de quoi faire des pancakes.

  • Nous avons besoin de Breesha, petite sœur. Elle est la seule du groupe à pouvoir renvoyer la Calcinée dans son domaine sans la faire souffrir inutilement. Et ça tombe bien, c’est elle qui a proposé…
  • Et Rigita? Et Zayn? Eux n’ont rien demandé.
  • Skynsel non plus.

Le parquet craqua à ce moment sous les pas de Rigita qui venait à leur rencontre, toute guillerette?

  • Je sens une odeur de café par ici? Une tasse, viiite?
  • Voilà pour vous jeune fille, gloussa Mirësi en lui tendant le breuvage. Bien dormi?
  • Eh bien…, répondit-elle en perdant son sourire. Disons que j’ai beaucoup repensé à votre histoire… On va vraiment aller dans la forêt ce soir…?

Mirësi lança un regard en biais vers son frère qui l’esquiva.

  • Nous irons si tout le monde se sent d’y aller, affirma-t-elle.
  • Aller où? intervint Zayn.
  • À ton avis gros malin? rétorqua Breesha sur ses pas.
  • Quelle acidité de si bon matin. Sakley, sers-lui donc du café!

La jumelle lui pinça vigoureusement le gras de la hanche ce qui le fit bondir à l’autre bout de la pièce.

  • Savourez vos cafés en installant la table, nous arrivons avec le reste, lança Mirësi avant que Breesha ne décide de finir son travail.
  • C’est pas comme ça qu’il va lui le voler son cœur, ricana Sakley lorsqu’ils furent à nouveau seuls.
  • Hein?! Zayn a des vues sur Breesha? s’exclama-t-elle en faisant cuire les pancakes.
  • Bien sûr? Des yeux en amandes, une peau riche en soleil et des cheveux à faire rougir n’importe quel lion, c’est typiquement son genre. Ajoute à cela un ton à refroidir ses ardeurs et tu as le parfait opposé de Zayn et donc sa femme idéale?
  • Il a pas choisi la simplicité…
  • Toujours plus simple que d’être amoureuse d’une hétéro, non? ricana-t-il en lui ébouriffant les cheveux sans tendresse.

Tout en lui répondant d’un « gna gna gna » plein de répartie, elle attrapa un plateau sur lequel elle disposa fruits, œufs brouillés, pancakes et autres simplicités matinales. Ils arrivèrent ensuite dans le salon, leurs convives débattant sur un point très important? est-ce que oui ou non la maison était hantée?

Zayn qui défendait bien sûr la thèse que oui pour effrayer Rigita se faisait contredire sans scrupule par son âme sœur, bien plus expérimentée dans le domaine?

  • Aucun esprit ne peut hanter cette maison car ceux-ci génèrent nécessairement une énergie, même résiduelle, que les nécromanciennes comme moi peuvent percevoir. Or, je ne ressens strictement rien ici.
  • Même pas le charisme de Zayn? lança Sakley en souriant.
  • Surtout pas le charisme de Zayn, rétorqua-t-elle sèchement.
  • Breesha? s’indigna Rigita.
  • Tu me touches en plein cœur, là?

Mais à en voir ses yeux brillants, aucun cœur ne fut heurté, bien au contraire.

  • Tu crois qu’il va tenter la technique du chevalier qui sauve la princesse de la mort? chuchotta Mirësi à son frère, ce qui le fit rire.
  • Eh? C’est quoi ces petits secrets?
  • On se demandait si tu maîtrisais enfin les sorts de pyroprotection ou si tu gémissais dès que le café dépassait 40 degrés.
  • Décidément, vous êtes durs ce matin? Bien sûr que je maîtrise?

Et pour prouver ses dires, il claqua des doigts – plus pour le spectacle que par nécessité – et projeta son énergie vers sa main gauche qui brilla un instant d’une lueur rougeâtre, avant de tremper son index dans son café brûlant.

Il zieuta aussitôt son public – surtout Breesha qui l’ignora – mais son sort perdit très rapidement son effet par manque de concentration et il se brûla le doigt en sursautant avant de le porter à sa bouche.

  • Tu seras notre vie ce soir, Z. Je compte sur toi, lâcha Sakley solennellement.

Leur petit déjeuner terminé, le groupe ne vit pas la journée filer alors que toutes se préparaient pour une soirée dangereuse à l’issue plus qu’incertaine. À mesure que le soleil se perdait en dispensant sa lumière d’or, les visages se fermèrent, les sourires se perdirent. L’heure n’était plus aux chamailleries et la drague. Il était l’heure d’écouter les cris de la Calcinée.

En route

Mirësi, Sakley, Breesha, Zayn et Rigita avaient en partie étudié ensemble, bien qu’appartenant à différentes Académies. Elles étaient toutes les cinq originaires d’Hebenelia, le monde créé par les rêves Terriens, et s’étaient toutes retrouvées quelques années avant la fin de leur formation.

Zayn, en tant que guérisseur, étudia à l’Académie des Grandes Plaines, dans le sud de l’île. Il décida rapidement d’être au cœur des combats plutôt que dans les dispensaires, aussi s’entraînait-il à devenir Moine Guerrier.

Mirësi et Sakley, en tant que Mages d’Eau, étudièrent ensemble au quartier éponyme d’Aube-Crépusculaire, la capitale des Gardiens. L’une se spécialisa dans sa forme liquide quand l’autre se focalisa sur sa forme solide.

Non loin de là, toujours à la capitale, Rigita apprit l’art du combat chamanique, séparée de sa jumelle. En tant que Nécromancienne, cette dernière parcourut le monde des esprits depuis l’Académie des Marais, non loin du Lac Lough, à l’ouest du continent.

Le hasard n’eut pas grand mal à les rassembler? alors qu’elles célébraient la terminaison de leur service militaire à la Taverne du Songe, elles se retrouvèrent à boire et à siffler ensemble jusqu’à l’arrivée de l’heure bleue. La Taverne du Songe était le lieu parfait pour cela, plus amphithéâtre qu’auberge, l’endroit était devenu un lieu de traditions rassemblant les promotions de tout le continent venues fêter la fin de cette première grande étape.

Le groupe avait tant créé de synergie durant cette célébration qu’elles décidèrent de poursuivre leurs études ensemble à l’Académie d’Ombre-Ville, celle qui rassemblait les profils les plus divers pour que les arts et les pouvoirs se mélangent et s’apprivoisent sur le terrain.

Cinq ans plus tard à parfaire leurs compétences respectives, les amies se retrouvaient dans la maison d’enfance de l’adelphie, sous couvert d’une nouvelle célébration? celle de leur nouvelle vie de Gardiens.

Sakley était à la fois ému et admiratif du chemin parcouru aux côtés de cette bande que peu de choses réunissaient si ce n’était la volonté de mettre leurs pouvoirs complémentaires au service des deux mondes et l’étrange complicité qui les liait.

Oui, il avait décidé seul de monter cette expédition mais il avait une promesse à tenir, une promesse que lui et sa sœur avaient faite à leur grand-père? libérer Skynsel. Leur aïeul leur avait si souvent raconté son histoire, son tourment et surtout le tourment qu’elle causait encore aux autres… Il espérait que Mirësi comprendrait tôt ou tard l’importance de tout cela, elle qui prenait la situation trop à la légère. Elle n’avait pas vu ce qu’il avait vu.

  • Dis-moi Sakley, commença Zayn, le coupant dans ses pensées. Pourquoi votre esprit vengeur n’a toujours pas été libéré après tout ce temps à semer la panique?
  • Parce que personne n’a réussi jusque-là.
  • Et qu’est-ce qui te fait dire que la bande de bambins que nous sommes aura plus de chance?
  • Car nous avons quelque chose que les autres n’avaient pas, éluda Sakley.
  • Qui est…?
  • Qui est ceci, répondit Mirësi en montrant un coffret aux allures de sac-à-dos.
  • C’est quoiiii?
  • Je te dis pas.
  • Mirësiiiii?
  • Zayyyyn?
  • L’heure n’est plus aux gamineries, bon sang? grogna Sakley.

Et comme pour affirmer ses dires, la nuit parla.

Ce n’était pas un loup, cette fois-ci.

Le cri était celui d’une femme hurlant comme si son corps était léché par les flammes… et celui d’un démon riant aux éclats comme si ses cordes vocales étaient de graviers.

Le hurlement mit fin à toute rigolade pour de bon et les regards se firent durs et soucieux.

  • Tout le monde est prêt? commanda Sakley.

Elles ne répondirent pas mais hochèrent la tête en expirant.

Alors qu’il regardait ses camarades tour à tour sur le perron de la maison, il se prit à croire à leur réussite.

De par leur statut, elles se devaient d’être prêtes en toutes circonstances, y compris dans ce qui aurait dû être un séjour fait de repos et de rires et devant lui, chacune d’entre elles avait la prestance du devoir.

Zayn portait la tenue d’étoffes et de cuir taupe que l’on retrouvait chez les moines apprentis en plus de son brassard de guérisseur accompli qui lui permettait d’être aisément identifié par ses paires.

Rigita était probablement celle qui avait le plus d’allure tant son profil était bestial? peinturée de la tête aux pieds, elle arborait les symboles et glyphes propres à sa famille de pouvoir. Ces dernières furent importées en Hebenelia par les premiers Terriens en provenance des tribus indigènes d’Afrique ; grâce à certains liens spirituels, les peintures agissaient comme des runes et composaient un langage propre aux guerrières telles que Rigita.

Sa sœur aussi arborait des runes partant de son visage vers ses membres en entrelacs noueux mais leur origine était bien différente car propre aux nécromanciens d’Hebenelia. Ces symboles lui permettaient de communiquer entre les mondes des vivants, des morts et des esprits. Une grande partie de l’encre était masquée par la robe pourpre et bleu flamme qu’elle portait ce qui lui donnait cet air sinistre propre à sa caste.

Mirësi et lui-même revêtaient quant à eux les robes bleues seyant aux mages. Celle de Mirësi arborait le symbole de l’eau quand la sienne avait celui de la glace. Les teintes de leurs robes étaient légèrement différentes également pour différencier leur spécialité? la sienne était bien plus claire et tirait vers un blanc mauve.

  • Allons-y, finit-il par dire. Nous avons une demoiselle à libérer.

*

Il ne leur fallu pas longtemps pour rejoindre la forêt mais l’antre de la Calcinée se trouvait bien plus profond en son sein. Sur le chemin entre l’orée et le cœur du domaine, Mirësi et Sakley partagèrent tout ce qu’ils savaient de Skynsel pour la énième fois?

  • Même si elle semble en partie humaine, elle reste extrêmement dangereuse et n’a plus aucune humanité. Elle possède deux pouvoirs? celui d’un démon de feu et celui d’une Gardienne de la Terre ce qui lui permet à la fois de nous incinérer mais aussi de nous étouffer à coup de lianes. Ses deux pouvoirs lui permettent d’éloigner les intrus tout en étendant son territoire. Cette forêt qui a accueilli son combat est devenue si grande qu’elle a envahi les nombreux villages alentour après des décennies à cultiver son refuge.
  • Elle cherche à protéger les autres, affirma Breesha.
  • Il n’y a aucune certitude là-dessus, rétorqua Sakley.
  • C’est son pouvoir d’humaine qui élargit la forêt, pas de démone, défendit-elle. Elle a nécessairement une part de contrôle car autrement, la forêt ne serait qu’un tas de cendres. De plus, si elle n’avait aucune emprise sur son corps, le démon serait parti depuis longtemps semer le chaos en dehors.
  • Pas tout à fait, continua Mirësi. Lorsque notre grand-père l’a affrontée des années auparavant, et nous parlons là de bien des années avant notre naissance, il a usé de ses pouvoirs de Nécromanciens pour emprisonner l’esprit au sein de la forêt.
  • Un sortilège de Territoire… souffla Breesha. Mais comment se fait-il que celui-ci soit encore actif?!
  • Notre grand-père a piégé la Calcinée, intervint Sakley. Ce jour-là, il ne perdit pas que sa main… Il sacrifia aussi son pouvoir. Il l’imprégna dans l’ensemble de la flaure de ce domaine pour que son sortilège puisse survivre à travers l’énergie de la nature comme carburant.
  • Mais ce faisant, continua la jumelle en vocalisant ses pensées, le pouvoir de Skynsel a permis d’étendre ce domaine et donc la zone d’influence du démon, qui ne peut autrement s’en échapper…
  • Tout à fait.
  • Dîtes, intervint Zayn, j’ai compris maintenant pourquoi on y va et tout mais… Si votre grand-père était si puissant, pourquoi ne s’est-il pas directement occupé de la Calcinée?

Seul le silence lui répondit ainsi que le chant des grillons et des feuilles sous leurs pieds.

  • Alors? insista-t-il.
  • Nous ne savons pas, admit Mirësi. Il ne nous a jamais parlé de leur combat à proprement parlé, jusqu’il y a perdu sa main et son pouvoir.
  • Ah… rassurant… Je réitère donc ma question? comment nous, on va faire?
  • Grâce aux os de Skynsel dans la boîte que porte Mirësi, devina Breesha.
  • Hein?! Les os?!
  • Les os.

Une myriade d’expressions traversa le visage de Zayn pour se terminer sur des sourcils à en toucher ses cheveux, des yeux plus blancs que bleus et une bouche grande ouverte. Au contraire souriante, Mirësi ne put s’empêcher de remarquer que Rigita n’était pas aussi affectée qu’elle l’aurait imaginé.

Le groupe resta silencieux un long moment après cela. Elles marchèrent suffisamment longtemps pour que le froid s’immisce jusqu’à leurs os et seule la jumelle guerrière semblait y être indifférente. Malgré la lune quasi pleine, plus aucune lumière ne pénétrait le voile des feuillages et seuls de petits orbes lumineux invoqués par le groupe leur donnaient à chacune un peu de clarté.

  • Je sens quelque chose, murmura Breesha après plusieurs heures de marches.
  • Nous sommes arrivés dans les vestiges de Bordelière, expliqua Sakley.
  • Bordelière? demanda Mirësi elle-même.

Sakley sembla hésiter pour la première fois. Il savait ce que traverser ce village annonçait. Il se rappelait.

  • Faites attention où vous mettez les pieds, dit-il d’une voix qui se voulait neutre.

Crac.

  • Aaah? cria Zayn alors que son orbe projetait un halo à ses pieds.

Il venait d’écraser quelque chose.

Quelque chose ayant la forme d’un enfant, friable et recouvert de végétation.

Bordelière

  • Bordelière… commença Sakley d’une voix trainante et affectée. Bordelière était un village non loin du Bosquet du Lière qui lui donne son nom. C’est ce village qui fut le témoin du grand combat entre Skynsel et son tortionnaire. Une décennie à parcourir le monde à la recherche de la moindre cendre pouvant la relier à lui la mena jusqu’à cet endroit. Elle avait toute sa vie rêvé de ce moment mais alors qu’elle faisait face à l’objet de ses cauchemars, elle perdit le contrôle de ses émotions, consumée par sa vengeance. Elle aurait pu simplement perdre la raison et basculer dans les ténèbres mais elle fit pire…

Sa voix se perdit lentement dans la nuit devenue plus froide encore. Le vent sifflait entre les ruines de pierre et les bancs de bois et même Mirësi retenait son souffle, la suite inconnue pour elle aussi?

  • En voulant annihiler le monstre, son pouvoir explosa et emprisonna le village et toute sa population dans l’écorce et les ronces.

Tout en disant cela, il dirigea son orbe vers les vestiges de Bordelière.

Des visages de feuilles semblaient flotter au-dessus de souches à taille humaines, des troncs se confondaient dans des embrassades protectrices, des fleurs s’éparpillaient hors de paniers tressés…

  • Elle ne réalisa que trop tard l’horreur de son acte et alors qu’elle tentait de sauver ses victimes, l’ifrit la tailla en morceaux avant de fusionner son âme à la sienne.

Les symboles tribaux sur la peau de Rigita semblaient briller dans le noir, ou bien était-ce un rayon de lune profitant d’un écart dans la voute végétale? Ses muscles masséters donnaient à sa mâchoire l’allure féroce d’une panthère de nuit rendue plus effrayante encore par la pâleur de ses peintures. Sa sœur Breesha pressa son bras pour la calmer ce qui parut la détendre légèrement.

  • Nous ne sommes plus très loin, lâcha Sakley. À partir de maintenant, nous sommes autant chasseuses que proies.

Le groupe resserra les rangs. Rigita et Mirësi, les plus offensives, étaient devant puis venaient Breesha, Zayn et enfin Sakley pour protéger leurs arrières et surtout leur guérisseur.

Elles rôdèrent ainsi durant de longues minutes où seul le craquement des feuilles perçait la nuit.

Sakley trouvait la nuit étrangement calme par ailleurs, peut-être trop. La Calcinée avait nécessairement conscience de leur présence alors pourquoi ne s’était-elle pas encore manifestée?

Nous devrions déjà être morts… pensa-t-il, plus inquiet à chaque pas.

Mais alors que les amies dépassaient un monticule de pierres et d’herbes, une odeur de brûler se fit sentir et d’autres pas firent échos aux leurs.

Une lueur étincelante éclata soudain dans la nuit et Sakley projeta une barrière de glace l’instant suivant pour la voir se briser sous l’impact.

  • Derrière moi, vite? Rigita tu sais quoi faire, Mirësi reste près de Zayn et Breesha? Zayn, pyro-protection?

Sans un mot, Rigita se détacha du groupe alors que les marques sur son corps devenaient aussi sombres que sa peau. Son corps s’allongea et se couvrit d’un épais pelage noir avant qu’elle ne se fonde dans la nuit.

Un nouvel éclair de feu fut craché hors du vide en face d’elles et Sakley n’eut aucun mal à l’absorber. La chaleur était néanmoins si intense qu’il la sentait à travers le mur de glace coulant de ses mains.

  • Skynsel, tu m’entends?! lança-t-il vers l’obscurité.
  • Skynsel? ricana une voix qui n’avait rien de féminin. Tu crois vraiment qu’elle est encore là?!

La phrase se termina dans un éclat de rire ricochant jusqu’à la cime des arbres avant qu’une nouvelle déflagration ne déchire la nuit.

Sakley réfléchissait à toute vitesse. Il ne pouvait prendre le risque de laisser ses amis sans protection. Il ne s’était pas attendu à une telle déferlante de force de la part du démon…

  • Sakley, chuchota Mirësi derrière lui. Je ressens un cours d’eau non loin, il faut que nous nous en approchions?

Oui? Mirësi pourrait s’en servir pour dresser une barrière en plus de la sienne. L’humidité dans l’air était suffisante pour former des filets d’eau mais pas de quoi résister à la puissance de leur ennemi.

Une nouvelle boule de flammes brilla jusqu’à elles mais cette fois-ci depuis leurs flancs que le mage fut prompt à protéger. Ce faisant, il en profita pour les faire avancer vers la rivière.

  • Oh? La rivière, vraiment? Vous voulez me noyer? ricana-t-il de plus belle.

Le mage ne se laissa pas déconcentrer et les protégea des multiples attaques du démon.

Pourquoi est-il si distant? Pourquoi ne cherche-t-il pas à nous carboniser? cherchait-il à comprendre. Serait-il en train de jouer avec nous…?

  • Parfait, murmura Mirësi. Je la sens?
  • Très bien, je les protège, occupe-toi de lui?

Elle n’hésita pas un instant et tendit les mains vers l’obscurité avant de glousser de satisfaction. Son pouvoir vibrait sous sa peau et lui procura une onde de plaisir alors qu’elle pliait une colossale vague hors de la rivière. Elle dansa de ses mains pour la faire voler vers le ciel.

  • Rigita, MAINTENANT?

Un grognement féroce fit écho à une nouvelle déflagration, rapidement coupé par un couinement plaintif écoeurant qui se perdit au loin.

Mirësi eut peine à garder son sang-froid mais déversa toutefois sa chappe d’eau sur la Calcinée déconcentrée alors que Sakley la transformait en une forteresse de glace.

La jeune femme manipula un nouveau courant par sureté tandis que le groupe s’approchait de l’origine des attaques. Rigita les rejoint dans la foulée, boitante, mais rien que Zayn ne put guérir. Leurs orbes enveloppèrent la zone devant elles et vinrent éclairer la prison translucide de la Calcinée.

Cette dernière était de taille humaine, recouverte d’écorce de ses pieds à sabots jusqu’à sa tête qui s’allongeait en quelques branches noueuses. Ses yeux et sa bouche étaient fermés et la créature semblait maîtrisée.

  • Breesha, démarre l’incantation, ordonna Sakley en lançant un regard à Mirësi.

Celle-ci comprit et ouvrit le coffre de bois sur son dos.

L’atmosphère devint rapidement oppressante, presque malsaine, quand la Nécromancienne commença son art, faisant vibrer le contenu de la malle? des humérus et radius, des fémurs et tibias, tout ce qui semblait arraché au corps de feu Skynsel.

Une lueur pourpre se dégagea des ossements pendant que Breesha psalmodiait son incantation.

  • C’est déjà fini, tenta Zayn? Juste comme ça, à nous cinq?
  • Ce n’est pas encore fini Z.
  • Oh que non?

La voix venait du bloc de glace.

Au centre de celui-ci, deux flammes s’allumèrent à hauteur des yeux et dansèrent au-dessus d’une lune ardente. Le sourire de la Calcinée se faisant plus grand à mesure que la vapeur se formait autour d’elle.

Skynsel

Une puissante déflagration explosa la prison gelée et il fallut les pouvoirs combinés de Sakley et Mirësi pour en contenir les éclats et protéger leurs camarades.

Derrière le nuage brumeux qui en résulta se tenait la Calcinée, sa bouche comme un croissant de lave.

Et ses yeux étaient braqués sur la Nécromencienne.

  • Ne la laissez pas s’approcher d’elle? cria Sakley et lançant des piques givrés vers la créature.
  • Oh arrête, ça chatouille? Tu crois vraiment avoir le pouvoir face un ifrit? Je suis Hraun, jeune homme? Démon supérieur, démon de feu, démon de folie? À mon tour?

D’un geste ample du bras la Calcinée créa une vague de flamme qui se déversa sur les amis et les mages tentèrent de les protéger du danger.

Rigita s’élança vers sa jumelle et Mirësi pour se mettre à l’abri mais elle arriva trop tard.

Son corps tout entier fut submergé par la vague.

  • RIGITA? hurla Breesha en s’élançant vers elle alors que le monstre revenait à la charge.

Mirësi perdit un instant ses esprits jusqu’à ce que son frère ne déviat un nouveau jet incandescent.

  • Concentre-toi? pesta-t-il. Zayn, occupe-toi d’elle, Breesha, reprends cette foutue incantation?

Le guérisseur était déjà auprès de la guerrière. La Nécromancienne ne bougea pas, son visage tordu par l’angoisse et la haine.

S’ensuivit un échange de calcite et de kyanite alors que Mirësi et son frère tentaient de repousser leur ennemie. La Calcinée était bien trop forte pour eux et la mage ne dévia pas l’attaque de trop alors qu’elle était toute proche.

Plutôt qu’un jet de flamme, un coup de poing de granite la cueillit dans l’estomac et elle se plia en tentant de reprendre sa respiration.

Son sourire toujours brûlant, elle empoigna sa victime par la gorge ce qui diffusa une odeur de chair brûlée dans l’atmosphère.

Mirësi tenta de se débattre et le peu de force qu’elle réussit à rassembler ne lui permettrait que de survivre quelques secondes au mieux. Elle concentra son pouvoir à la surface de sa peau pour créer une infime barrière d’eau. De sourire la Calcinée passa au rire et resserra sa prise.

Sakley voulut crier le nom de sa sœur mais sa gorge était sèche, douloureuse. Il voulut lancer de nouveaux pics de givre mais la main libre du démon lui répondit par de nouvelles déflagrations.

Mais alors que toujours plus de fumée s’échappait de la peau de Mirësi, quelque chose dans le regard de l’ifrit au nom de Hraun vacilla et sa poigne se fit plus hésitante.

  • Petite… sœur? crachota une voix hors du gouffre rougeâtre.

Cette voix avait un timbre bien plus féminin. Le visage de la Calcinée sembla fondre, se mouvoir comme si l’encre coulait et un visage aux traits perturbants se dessinait avec hésitation.

Skynsel.

Cette hésitation lui fit lâcher sa prise et libérer la jeune fille.

Skynsel se prit le visage entre les mains comme pour se l’arracher, affaiblie davantage encore par les attaques de l’adelphie.

Pendant ce temps, Zayn et Breesha étaient aux côtés de Rigita, toujours inconsciente.

Esprit Sauvage

Rigita était là, allongée sur le sol.

Le visage noirci et boursouflé.

Les cheveux en cendres.

Sa respiration se perdait.

  • Rigita, je t’en supplie. Reste avec moi? Fais quelque chose Zayn? implorait sa jumelle. N’importe quoi?
  • Breesha, je…

La nécromancienne avait les yeux paniqués, elle regardait tour à tour sa sœur et le guérisseur, cherchant une once d’espoir quelque part.

Cette once soulevait l’abdomen de la guerrière et sifflait entre ses lèvres.

La forêt sembla s’éteindre, comme si plus rien n’y vivait d’autre que le battement d’un cœur perdant lentement son tempo.

Petit à petit, sifflement après sifflement, l’once devint mirage.

Le mirage vacilla…

…avant de devenir souvenir.

  • Non Rigita, non non non…? sanglota Breesha. Ne pars pas, ne me laisse pas seule, reste avec moi?!

Un ricanement odieux parvint jusqu’aux oreilles de Breesha. L’ifrit reprenait le contraire.

Ce fut celui de trop.

Après avoir essuyé les larmes inondant ses joues couleur wengé, elle embrassa le fond craquelé de sa sœur et se leva.

Dans ses yeux, une flamme pourpre chancelait à mesure que de son corps émanait la même aura.

  • BREESHA NON? hurla Sakley.

Il était trop tard.

Alors que le sourire de la nécromancienne se faisait carnassier, le craquement du bois et le fruissement des feuilles se firent entendre tout autour d’elles. Lugubreusement éclairés par le halo des orbes lumineux, des monticules humanoïdes s’élevèrent de leur sommeil éternel.

En réveillant les morts, Breesha venait de rompre l’un de ses serments de Gardienne des Esprits.

Elle s’en fichait.

Quelques mots plus tard, son armée éteinte se rua sur la Calcinée. Celle-ci fut prompte à répliquer et une nouvelle salve de flamme brûla la nuit au hasard si bien que les deux Mages d’Eau eurent le plus grand mal à les protéger.

Profitant d’une ouverture, Mirësi engloba à nouveau la créature dans une bulle d’eau que Sakley vint geler. Les deux concentrèrent la moindre parcelle d’énergie pour l’emprisonner.

Breesha ne semblait néanmoins pas vouloir s’arrêter. Son armée se fracassa sur les parois de glace et Mirësi s’efforçait d’accumuler toujours plus d’eau de la rivière pour permettre l’érection d’une nouvelle prison.

Zayn sentit qu’il était tant pour lui d’agir. Il devait rendre ses esprits à Breesha, l’empêcher de se consumer dans la peine mais comment?! À cet instant précis, il était le seul à pouvoir faire quoique ce soit mais il n’était qu’un simple guérisseur? S’il ne faisait rien, son amie pourrait bien se perdre dans le Chaos de son chagrin, comme Skynsel avant elle. Elle perdait en plus de cela le contrôle à mesure que les humanoïdes végétaux se multipliaient, si bien qu’ils commençaient à ne plus suivre ses directives ; combien de temps avant qu’ils ne les attaquent?!

Réfléchis, réfléchis, réfléchis?

Rassemblant sa détermination, il se jeta sur elle.

Ils tombèrent à la renverse ce qui eut pour effet de rompre son pouvoir. Perdant le contrôle, son armée commença à attaquer aléatoirement et il ne fallut pas longtemps avant que l’adelphie soit obligée de se défendre, délaissant la geôle.

  • Breesha, murmura Zayn alors sur elle à bloquer ses bras pour l’empêcher d’incanter.
  • Lâche-moi?
  • Reste calme, dit-il d’une voix qui se voulait neutre.
  • JE VAIS LE TUER.

Les plaintes de leurs amis montèrent alors qu’ils tentaient de repousser l’invasion.

  • C’est nous que tu vas tuer, Breesha? continua-t-il plus fermement.
  • Aargh? ragea-t-elle en se débattant.
  • Ressaisis-toi bordel? s’emporta Zayn en la secouant brutalement. Sakley et Mirësi sont en danger? Tu veux qu’il leur arrive la même chose qu’à ta sœur?!

La Gardienne se stoppa nette, abasourdie par la véhémence non caractérielle du Guérisseur ; cela sembla être l’électrochoc dont elle avait besoin.

Elle arrêta de se débattre si bien que Zayn lui lâcha les bras avant de l’aider à se relever.

Elle reprit ensuite le contrôle pour disperser les esprits des défunts en murmurant le mot d’usage, abattu.

  • Je suis désolé, Breesha, mais tu dois t’occuper de Skynsel.

Bien que ses esprits retrouvés, elle ne semblait pas là. Elle se ressaisit suffisamment pour reprendre son incantation néanmoins. Celle-ci fit effet quelques épaisseurs de glace plus loin alors que Hraun l’ifrit se débattait en chappe de fumées épaisses. Mirësi et Sakley lâchèrent leur emprise sur l’élément aquatique, l’eau venant gorger le sol recouvert de buttes herbeuses et caillouteuses.

La Calcinée se débattait, hurlait, crachait et tentait vainement de répliquer sauf que sa possession se déliait peu à peu sous le sort de Breesha.

Lentement, le visage de Skynsel se devina de nouveau, plus clairement cette fois-ci.

Sakley comprit alors pourquoi son grand-père avait perdu sa main. Sa soeur avait dû arriver à la même conclusion car elle s’exclama de surprise.

Hraun fut renvoyé vers le Chaos quelques instants plus tard et ne resta alors qu’un corps décharné dont le visage était quasi trait pour trait celui de la mère de Mirësi et de Sakley.

Elibra

Le calme écrasait à nouveau la Forêt du Lière.

Skynsel était là, étendue sur le sol le visage ravagé mais reconnaissable, son corps portant encore les traces boisées et noueuses de sa possession.

Non loin d’elle se trouvait celui de Rigita que sa sœur tenait par la main.

Personne n’osait parler, personne n’osait même respirer.

Personne n’arrivait à concevoir cette absurde réalité.

  • Ce n’est pas ta faute, Breesha, murmura Sakley brisant ainsi le silence.

Sa voix se perdit dans le vent avant d’être suivie par celle de Zayn?

  • C’est la mienne… Je n’ai pas su vous protéger. Je…

Le Guérisseur s’effondra alors, promptement rattrapé par Mirësi qui lui chuchota?

  • Repose-toi Zayn, je sais que tu l’as mérité…

Son visage habituellement épargné par le temps était là creusé par la fatigue, de ses yeux à ses lèvres. Son corps tremblait, signe qu’il avait plus qu’atteint ses limites en les protégeant. Il avait silencieusement lutté pour que ses amies restent en vie. Si aucune autre d’entre elles n’était blessée, c’était uniquement grâce à lui.

Sakley choisit ce moment pour se retirer et récolter de quoi construire un brancard.

Deux brancards.

Loin de la scène de leur affrontement, il se laissa glisser contre un tronc sans se soucier de l’écorce arrachant sa robe.

Son cœur battait dans ses tempes, dans sa gorge.

Se prenant la tête entre les mains, il se laissa sangloter silencieusement.

S’il y avait un fautif, c’était lui. Lui seul portait la mort de son amie, lui seul avait décidé de les amener dans cette quête sordide.

Rigita était morte à cause de lui.

De lui seul.

Il peinait à respirer et son souffle se fit plus erratique encore.

Il peinait à le reprendre, à inspirer, à expirer.

Rigita était morte à cause de lui.

De lui seul.

Une infinité de respirations saccadées plus loin, il se résolut à se relever.

Deux brancards.

Il devait récolter de quoi construire deux brancards.

Lorsqu’il revint, rien n’avait bougé.

Zayn avait la tête sur les genoux de Mirësi. Breesha tenait la main de sa sœur.

Rigita était morte.

Sans dire un mot et avec l’aide de sa propre sœur qui allongea leur ami dans l’herbe, il construit les brancards, le calme écrasant de la Forêt du Lière seulement coupé par de discrets sanglots.

Alliances

Les semaines s’étaient envolées depuis leur combat avec la Calcinée.

La cérémonie en hommage à Rigita avait pris place quelque jour après à peine et fut aussi déchirante que magnifique.

Qu’importait leur nationalité, leur pouvoir, leur conviction, les êtres vivants doués de conscience d’Hebenelia devenaient cendre, symbole qu’en ce monde, qu’importait leur origine, toutes les races et tous les peuples étaient égaux.  C’était une règle élémentaire qui ne fut jamais brisée depuis sa création par les Originels, la cilivisation perdue de ce monde. Ainsi, tous ces êtres retournaient à la terre, à l’eau, aux flammes et au vent, participant à de nouveaux cycles pour redonner à la nature ce qu’elle avait seulement prêté, quand bien même une vie après la mort pouvait subsister.

Le discours de Breesha fut à son image? empli de fierté et aux émotions maîtrisées mais sincères et même poreuses. Elle avait tenu à conter la bravoure de sa sœur et comment, en se sacrifiant pour les siens, elle avait aussi permis de conclure l’histoire de Skynsel. Elle ne s’était pas arrêtée là. Elle avait remercié ses amis aussi et leur pardonna ce qu’ils n’arrivaient pas à se pardonner.

Le départ de Rigita dans les flammes fut acclamé comme le voulait la tradition. Tous les anciens élèves, les professeurs et les rencontres en chemin s’étaient retrouvées pour commémorer la vie de la guerrière. Nombreuses furent les choppes remplies à la Taverne du Songe pour boire en son honneur ce soir-là.

Les quatre amis étaient à présent chez les parents de la défunte, se préparant pour un nouveau départ.

Sakley n’était pas venu les mains vides? il apportait avec lui un coffret de bois au contenu inconnu pour ses camarades. Devant leurs regards interrogateurs, il s’expliqua?

  • ­­­­En la mémoire de Rigita, je souhaite nous offrir quelque chose. Ce quelque chose symbolise la vie et la mort, le passé et le futur, notre histoire et celle de Skynsel. Vous êtes prêtes?

Les têtes hochèrent avec impatience et il n’attendit pas plus longtemps pour ouvrir la boîte face à elles.

  • ­­­Je vous en prie, prenez-les, ajouta-t-il.
  • Elles sont magnifiques, Sakley, complimenta Mirësi. Est-ce qu’elles sont faites avec ce que je crois?

Sakley tourna la boîte pour s’en révéler le contenu? deux bagues et sept photographies au grain de Polaroid que ses trois compagnes n’avaient pas remarqué.

  • ­­Une bague pour chacune d’entre nous, y compris Rigita. Elles sont faites en bois de Wiliva, sombre et robuse, ainsi que d’écorce de La Calcinée, tombé de son corps…
  • Sakley, c’est de l’Or d’Austarius qui circule comme une rivière au milieu?! s’exclama Zayn.
  • Peut-être
  • Mais ça coûte une fortune?
  • Toujours moins que notre amitié.

Sans écouter les plaintes, il passa la bague à son annulaire droit et elle s’y ajusta seule. Il l’observa sous tous les angles, la tête baissée pour cacher ses yeux humides.

  • ­­Je te remercie, Sakley, murmura Breesha.

Lorsqu’il leva la tête, toutes partagèrent un regard au même éclat brillant.

Mirësi renifla discrètement brisant l’instant alors que Zayn passait une main dans son dos. Pour changer de sujet, elle pointa du doigt les photos encore dans la boîte que Sakley s’empressa de sortir pour les poser sur la table.

Il s’agissait de portraits des amies pris au fil des années ainsi que deux autres qui n’avaient rien à voir.

La première capturait une Skynsel au visage ravagé et tenant un bébé dans les bras, devant une auberge bordée d’une rivière.

La deuxième était également de Skynsel, son visage intact et serrant contre elle celle qui devait être sa sœur, devant une maison de bois..

Ce fut cette dernière qui capta l’intérêt de Zayn. Il la prit aux côtés de celle de Mirësi avant de les positionner des deux côtés de sa tête?

  • Ce sont les mêmes visages. Comment ça se fait?
  • Eh bien… Il s’avère que Skynsel était notre ancêtre à Mimi et moi.
  • Hein?!
  • Nous sommes des descendants de Skynsel.
  • J’avais compris la première fois mais c’est pas plus clair? rétorqua Zayn. Eh puis comment elle a pu avoir des enfants alors qu’elle passait sa vie à courir après l’ifrit?!
  • Eh bien…, commença-t-il en sortant un carnet de cuir lissé par le temps, j’ai retrouvé quelques mémoires de l’aïeuil aux côtés de ces photos… C’est de surprise qu’il perdit sa main ce jour-là, de surprise que la femme possédée ressemblait tant à sa fille, notre mère. Pour comprendre comment cette ressemblance était possible, il aurait remonté tout notre arbre généalogique jusqu’à arriver à l’auberge que vous voyez sur la photo. Là-bas, l’histoire tragique de Skynsel était bien connue et il lui fut raconté qu’elle fricota avec un voyageur et tomba enceinte par mégarde mais qu’elle choisit de garder l’enfant pour faire perdurer sa famille en hommage aux siens, elle qui savait son temps assurément compté… Elle y séjourna toute sa grossesse avant d’abandonner son enfant pour repartir à la poursuite de son objectif.
  • Wow… siffla sa sœur.
  • Ça s’explique pourquoi elle a lâché Mirësi alors qu’elle s’apprêtait à la tuer.
  • En effet.

Il se retint de rajouter « Nous avons eu de la chance… » car il se rappela que Rigita, elle, n’en avait pas eu, de chance. Son cœur se serra.

  • ­­Et les os?
  • Retrouvés à Bordelière après une expédition dangereuse.

Le silence s’installa de nouveau, chacun admirant distraitement son alliance d’amitié. Mirësi y mit fin quelques respirations plus tard en regardant Zayn, assis entre elle et Breesha?

  • Zayn, tu es sûr de vouloir partir, alors…?
  • Plus que jamais. Si je veux sauver les gens, je dois d’abord me sauver moi.

Zayn avait pris la décision de rejoindre l’Ordre des Paladins. Ce faisant, il ferait vœu d’exil loin de ses attaches et de sa vie durant 3 ans, années qu’il dédierait à sa guilde et à lui-même.

Breesha baissa les yeux et sa cuisse effleura celle du jeune homme qui pria pour que son cœur soit inaudible. La mort de Rigita fut un coup terrible pour eux tous mais elle mit en lumière la puissance des liens qui les unissaient. Si Zayn s’en voulait terriblement de n’avoir pu protéger son amie, la force de ses convictions lui permit d’acquérir quelque chose qu’il n’avait jamais eu jusque-là? le respect de Breesha. Dans l’obscurité du deuil, elle voyait enfin la lumière que projetait le garçon à ses côtés.

  • Tu seras un jour le plus grand d’entre nous, Z, affirma Sakley en se levant pour prendre son ami dans les bras qui s’était également levé. D’ici là, il est temps pour nous de grandir et d’affronter le reste de nos vies et de nos responsabilités.

Breesha se leva à sa suite et toutes les quatre s’étreignirent avec émotion. Lorsque cette dernière et Sakley se prirent dans les bras, elle lui murmura?

  • ­­Je sais que tu cherches le chemin vers la rédemption. Ne te perds pas en route car moi, je t’ai déjà pardonné.

Il ne répondit que par un « hmm » avant de l’embrasser sur les deux joues.

Sans plus de cérémonie, l’adelphie se retira après un dernier regard vers leurs amis qui avaient assurément d’autres adieux à se faire.

  • Prête? demanda Sakley à sa sœur alors que la porte se fermait derrière eux.
  • Plus que jamais.

Il ne pouvait savoir ce que serait la suite mais il comptait bien la vivre aux côtés de sa seule famille. D’un petit rire, il la serra contre lui en la retenant plus que de raison avant de faire les premiers pas vers une nouvelle aventure.

Pierre-A

Pierre-A

Jeune aventurier perdu entre digital et fantasy. Derrière cette description douteuse se cache un écrivain en quête d'évasion et un web-analyst hyperactif. Derrière cette deuxième description douteuse, juste un grand enfant comme les autres, fougueux et créatif.