NaNoWriMo 2020 – Bilan de 30 jours à écrire de la fantasy
Machine à écrire avec "Words have Power" d'écrit

NaNoWriMo 2020 – Bilan de 30 jours à écrire de la Fantasy

Les 30 jours du NaNoWriMo ont pris fin et c’était une première pour moi. Il est l’heure de faire le bilan… en toute franchise!

De l’annonce à Preptober

Deux mois plus tôt, à peu près, je me lançais dans le NaNo. Je ne vais pas trop entrer dans les détails car j’en ai écrit un article mais je vais te le résumer en un extrait de ce même billet:

Participer à cette aventure c’est me confronter à mes propres démons d’écrivain, ceux qui me grignotent l’esprit quand j’écris le matin et avec lesquels je m’endors le soir.

Bon, spoiler alert, ça ne s’est pas passé comme prévu.

Enfin, prévu, vraiment?

N’avais-je pas déjà de gros doutes sur ma capacité à compléter ce défi?

Étais-je vraiment prêt?

Hum…

Après Septembre venait Octobre, autrement appelé Preptober pour les NaNoWrimos. C’est durant ce mois, d’une certaine manière, que tout se joue et ça, je l’ai durement appris.

Durant ce mois, tu prépares ton histoire, tes personnes, ton univers…

Il n’y a pas grand chose à dire de plus là-dessus. Passons au reste!

Mise à jour du 20 Décembre 2020: en discutant avec mon ami Charly, je me suis rendu compte de toutes les difficultés que je n’avais pas du tout envisagées et que je m’étais pourtant rajoutées. J’ai trouvé important de mettre à jour cet article, pour moi-même, afin d’être le plus fidèle possible dans ma propre lecture de ce mois si particulier.

J’ai ajouté tout cela dans la partie “Mes difficultés invisibles”.

Toutes mes phases en 30 jours.

Tu veux savoir un truc?

Durant tout le NaNo, j’ai fait un Instagram Reels par jour (ok boomer, Insta Reels c’est comme TikTok mais sur Insta). Pas de prise de tête, pas de sérieux, pas de lumière magistrale ni de grands discours, juste ma tête mal éclairée (et un peu amochée sur la fin) avec un son tout pourri.

Mes débuts de Youtuber, qui sait.

J’avais pas grand objectifs en faisant ça à part marquer le coup et garder en e-mémoire 30 jours de ma vie d’écrivain particulièrement… particuliers.

Ca eh puis voir ma pilosité faciale pousser car j’avais décidé de ne pas me raser du tout #Confinement #Movember.

Movember

Si tu sais pas ce qu’est le Movember, permets-moi de t’instruire: il s’agit d’un événement annuel et mondial ayant commencé en 2003 qui vise à sensibiliser aux problèmes de santé rencontrés par les hommes, aussi bien physiques (cancer de la prostate ou des testicules notamment) que mentaux (dépression…). Durant ce mois, les participants se laissent tout simplement… pousser la moustache!

Je n’avais pas initialement vocation à le faire car je ne m’étais tout simplement jamais posé la question, imberbe que je sui… étais, mais cette fois je me suis dit, pourquoi pas?

Double fun fact à l’heure où j’écris ces lignes: je ne suis toujours pas rasé et nous sommes le 3 Décembre; c’est donc l’anniversaire de mon papa! Alors, origines égyptiennes oblige… Kulle sana winta Tayyib, dad :). Avec un peu de chances, j’écrirai un article le 12 Juin et tu auras la même en breton.

Ouais j’suis égypto-breton ouais.

Ouais ça claque, ouais.

Oh, me serais-je égaré?

1 mot par jour

Chaque jour, je choisissais 1 mot pour résumer mon état d’esprit:

  1. Déçu : ça commence bien, non?
  2. Espoir?
  3. Lol \0/
  4. Vibing. Celui-là est pas mal. Je réalisais que ce NaNo était une faille pour prendre du temps pour moi. C’est vrai et faux à la fois, tant j’ai rejeté beaucoup des jours de ce mois, au final. C’est aussi le Reels qui me fait le plus grincer des dents à la relecture.
  5. Journey. Je cherche des pistes pour comprendre mon blocage. Au menu? Le fait que je ne connaisse pas bien la géographie de ce Tome 2. Oh mais aurais-je mal préparé mon NaNo?
  6. Roadblock. Ce jour-là, sur mon Reels je dis que je n’écrirai pas. En réalité, j’ai écrit juste après, à 23h30, car je refusais d’avoir un jour sans écriture. Yaye.
  7. Déprime. Début de la deuxième phase, naissance d’une forme de lassitude.
  8. Lassitude. Oh bah tiens. Lassitude. Bloqué, bloqué, bloqué.
  9. Lumière. Je découvre à quoi ressemblera la géographie d’une des zones de mon livre… mais ce sera pour le Tome 3.
  10. Légèreté. Barre des… 5.000 sur 16.666. Malgré moi, malgré le score, je suis content.
  11. Zhiangjiejie. Très content sur ce jour-là. Fun fact, au lieu de dire “un peu content” à la fin, j’ai bug et dit “un peu cotton”. Osef, hein, surtout que j’avais la flemme de refaire la vidéo mais ça me faire sourire à chaque fois.
  12. Dialogue. Un peu de plaisir à écrire ce jour. C’est assez effrayant d’ailleurs, pour un écrivain, de n’aimer écrire qu’1 jour sur 5 durant ce défi…
  13. Panda. Celui-là c’est juste pour les cernes. J’étais épuisé tout Novembre, globalement.
  14. Ombreraude. Jour 11 bis!
  15. Prison. C’est un constat assez dur et c’est pour cela que je ce jour-là je décidais de lâcher prise… plus ou moins.
  16. Erin. Nom de la/le protagoniste d’une histoire alternative à mon univers.
  17. Wandering.
  18. Léonard. Un peu de paysage, un peu de douceur.
  19. Twist. Et PAF. Éclair de génie suite au Jour 18. En passant, je définis mon objectif de 10.000 alors que j’étais à 6.000.
  20. TikTok. Libération! Je sors de ma prison du Jour 10 et j’écris avec passion… pour un temps.
  21. Impatient.
  22. Tank. DPS. Healer. If you know, you know.
  23. Vélociraptor. Héhé, celui-là je te dis pas mais tu peux facilement deviner sur le Reels!
  24. Handstand. Ce jour-là je me suis ouvert l’arcade. Tu sais tout!
  25. Thriller. J’ai reçu une commande la Librairie Excalibris qui m’a conseillé avec passion sur le thème “français, thriller, fantasy”. Lectures en cours!
  26. Quotidien.
  27. Yoshi. A ce stade, j’ai tous les enseignements que je voulais sur ce NaNo.
  28. Arthus. J’étais à 700 mots de mes 10.000 mots après un pic joyeux de 1.300 mots!
  29. Wolfterfly. PAF. 10.000 mots. J’ai mis une de mes tenues favorites pour l’occasion.
  30. NaNoWriMovember.

Pour la p’tite anecdote, juste avant de faire le listing que tu viens de lire, j’avais prévu de découper ce chapitre en sous-parties pour décomposer ce mois en vraies phases (t’sais, comme les différentes étapes d’une rupture amoureuse mais pour un écrivain). Ces 30 mots parlent finalement un peu d’eux-mêmes.

Je te laisse faire ma psychanalyse, moi j’ai déjà appris ce que j’avais besoin d’apprendre!

Passons au bilan.

10.000 mots sur 50.000… un échec?

La réponse est simple:

Je ne sais pas. Je dirais oui et non. Peut-être. Absolument. Hum… La vraie question: selon quel critère?

Si je devais parler en termes de mots, bien évidemment que non. Après tout, l’objet du défi est d’écrire le premier jet d’un roman en 30 jours. Échec.

Qu’en est-il de ma capacité à écrire autant en peu de temps? Je pense que j’en suis capable, ou que j’en serai capable. Simplement, je n’étais pas préparé comme il le fallait pour réussir. Neutre.

Je peux également réfléchir sous l’angle scénaristique; je sais davantage où va mon récit, ma trilogie. Dans le meilleur des mondes, je devrais connaître la fin de la trilogie avant de publier le premier tome mais je m’en approche grâce au travail fourni lors du NaNo. Semi-victoire.

Si je devais parler en termes de légitimité à écrire, il faut bien admettre que ça n’a rien changé. J’ai déjà passé le stade de l’imposture pour la majeure partie. Neutre.

Pour l’apprentissage sur comment j’écris, je dois dire ne pas déborder d’enseignements ce qui ne m’empêche pas d’avoir mes conclusions. Victoire.

Je pourrais continuer la liste encore ce qui ne changera pas mon point: je n’ai pas la réponse. Dans le fond, c’est pas très grave.

Je n’étais pas prêt pour réussir ce NaNo et ça aussi, c’est un apprentissage. Je retenterai peut-être l’année prochaine, ce bagage acquis.

Mes difficultés invisibles

Comme je te le disais en note de mise à jour, je discutais avec mon ami Charly de tout ce défi.

Avant d’être un ami, Charly c’est un chouette bonhomme que j’ai rencontré par hasard au détour d’une communauté d’entrepreneur|es. Il est coach sportif – le mien entre autres! – mais ce n’est pas pour cela que je te parle de lui.

Déjà, j’ai eu un très bon feeling avec lui lors de nos premiers échanges amicaux, probablement parce que c’est lui aussi un gamer et que nos échanges sont des infusions de bonne humeur. Si tu veux en savoir plus sur lui, je te conseille de jeter un œil à son Insta :)

Avec notre relation grandissante, nous avons commencé à parler de nos différents défis et difficultés et nous nous aidons mutuellement lorsque nous nous appelons.

Bien sûr, je lui ai dit parlé du NaNo et il a trouvé l’idée géniale. Géniale et un poil folle…

En effet, je t’ai dit que c’était mon coach sportif, Charly. En fait, j’ai commencé avec lui fin Octobre, soit quelques jours avant le NaNo.

Ça veut dire que durant ce mois, en plus de devoir écrire 1666 mots (haha lol mdr tmts), j’avais 4 séances de sport par semaine. Dans ma tête, c’est pas énorme, enfin, c’est pas un poids considérable à mes yeux en dehors du fait que j’ai horreur du sport.

Pourtant, alors que je lui partageais ce bilan, il m’a dit un truc qui m’a ouvert les yeux sur toutes les difficultés additionnelles que je me suis imposées sans m’en rendre compte et qui ont d’autant affectées plus ce mois difficile, dont voici une liste:

  • Écrire 1666 mots par jour, déjà
  • Reprendre ma vie sportive et nutritionnelle en main
  • Franchir le cap et poster ma tronche tous les jours sur Instagram via des Reels alors que je n’y arrivais pas jusque-là
  • Faire face à un mois de Novembre particulièrement hardcore dans mon autre vie, celle de Web-Analyst.

Ça fait pas de moi une personne surhumaine, ni même ne représente des excuses pour ne pas avoir réussi le défi comme je voulais. Par contre, ça m’aide à comprendre aussi toutes les barrières que j’ai mises devant moi et qui ne m’ont pas vraiment simplifiées la vie!

Et maintenant?

Et maintenant, j’ai un Tome 2 avec 20.000 mots et un autre Tome 2 avec 10.000 mots et un Tome 1 avec 80.000 mots et je suis toujours aussi loin d’avoir un roman de prêt \0/

Et maintenant x2, je dois conclure le début de ma trilogie et espérer le publier cet Été. Après tout, c’était le plan suite à mes aventures de Mai-Juillet. Je ne me stress plus autant qu’avant pour autant.

Aussi, et c’est en prenant plus de recul… Si je n’ai peut-être pas réussi le NaNo lui-même, mon expérience du NaNo, elle, est très positive à sa juste manière.

Quoiqu’il en soit, il y a aussi une chose importante que j’ai apprise:

Je peux aider et inspirer les autres à écrire. Je vais le répéter pour m’en convaincre. Je peux aider et inspirer les autres à écrire.

En effet, s’il y a bien une victoire que je ne peux nier, dans tout ce NaNoWriMo, c’est celle d’avoir fédéré un groupe d’écrivain|es au cours des deux mois précédents. Ce groupe, je l’ai appelé “NaNoWriMo 2020 – Atelier des Plumes Francopholles” et nous sommes 66. Ce n’est pas le 66, qui compte. Ce qui me remplit de joie, c’est d’avoir suivi 18 personnes écrire avec moi jour après jour, d’y avoir lu les peurs, les envies, les folies et les victoires de celles et ceux qui se lançaient. Il y a pourtant d’autres plumes qui elles n’ont pas poursuivi leurs envies et c’est mon désir que d’aider celles et ceux qui se perdent sur la route. Je veux tendre la main vers les 48 autres et les autres encore.

Alors avec ce groupe, j’aiderai toutes ces plumes à se libérer et voir des rêves prendre forme, mot après mot.

Cheers :)

Pierre-A

Pierre-A

Jeune aventurier perdu entre digital et fantasy. Derrière cette description douteuse se cache un écrivain en quête d'évasion et un web-analyst hyperactif. Derrière cette deuxième description douteuse, juste un grand enfant comme les autres, fougueux et créatif.

Sommaire Time!

Un bug dans la matrice... Peux-tu retenter?
Confirmation envoyée! Peux-tu vérifier tes spams?:)

Evasion-letter

Tu veux t'évader?

Reçois des histoires directement dans ta boîte aux e-lettres!